D’une seule voix ensemble

Katel © DR

Trouver sa voix à travers celle des autres. Comme la traversée d’un miroir : se découvrir, se comprendre, en faisant corps ensemble dans une seule voix. C’est le projet d’une classe de primo-arrivants du Lycée Timbaud de Brétigny-sur-Orge : des lycéens du monde, accompagnés par la chanteuse Katel, qui ont donné naissance à une chorale. Ils ont interprété À L’Aphélie et Ralentis, deux chansons extraites du dernier album de l’artiste, Élégie ; deux chansons de « chœur », comme toute la musique dans ce disque, touchant à l’universel, à l’essentiel.

Tout au long de l’année, pour ces élèves en France depuis peu, il s’est agi de partager la vibration du chant, d’élaborer un langage musical commun à travers des chansons qui abordent les questions du déplacement, du futur ailleurs, de la perte de quelque chose et de l’apparition de quelque chose de nouveau. Des thèmes en résonance forte avec la vie de ces élèves, venus de si loin pour être ici, en France, dans ce lycée, portant leurs origines haut et fort, et tout autant leurs espoirs en ce monde nouveau qui les entoure. Cette langue nouvelle qu’il faut apprendre, et qu’ils ont apprise par le chant et par la grâce des mots de Katel, pleins du désir d’une autre vie, d’un inconnu suggéré, à la fois inquiétant et lumineux.

Ainsi, il a fallu se déplacer, encore une fois. Il fallu aller vers l’autre comme en territoire étranger, un espace géographique pour lequel on doit produire un mouvement, l’effort du geste musical, du voyage accordé. Il a fallu aller vers l’harmonisation, pour former cette chorale de voix graves et de voix aigües, chacune à l’unisson. Un travail difficile, pour des chansons aux abords clairs, tout en étant complexes dans leur construction métrique. La découverte et la reconnaissance des timbres de chacun, des accents, des rythmes ; la musique du langage maternel posée là dans ce français, à travers les corps, pour mieux grandir. Pour que, sur cette scène du Carreau du temple, ce samedi après-midi du 28 mai, on traverse ensemble le miroir. D’une seule voix.

Stéphanie Masson

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *